Métro, boulot et burn-out

 

 

En milieu de journée deux collègues s’installent sur le banc pour prendre leur pause déjeuner.

 

Collègue 1

Quelle journée de merde !

 

Collègue 2

Je te le fais pas dire !

 

Collègue 1

S’apprêtant à manger avant de s’interrompre.

T’as vu comment Fabien m’a parlé ?!

 

Collègue 2

Depuis qu’il a pris du gallon il est en roue libre !

 

Collègue 1

Mais oui  ! Le patron le laisse faire...

 

Collègue 2

Dans le genre connard il est pas mal non plus faut dire...

 

Collègue 1

C’est vrai... Quel boulot de merde !

 

Collègue 2

Et comme Fabien dans le genre lèche botte il est au top...

 

Collègue 1

Ah ouais putain ! La médaille d’or ce con !

 

Collègue 2

On devrait faire quelque chose.

 

Collègue 1

Oui mais quoi ?

 

Collègue 2

Je sais pas...

Après un instant de réflexion.

Et si on faisait grève ?

 

Collègue 1

À deux ? Bah t’as de l’espoir...

 

Collègue 2

On peut peut-être entraîner d'autres collègues avec nous...

 

Collègue 1

Tu crois ça toi ? Franchement je vois pas qui... Puis toute façon, pour moi, faire grève c’est pas possible...

 

Collègue 2

Pourquoi ?

 

Collègue 1

Je peux pas me permettre, j’ai pas fini de payer le crédit de ma bagnole.

 

Collègue 2

Ah merde...

 

Collègue 1

Toute façon ça servirait à rien...

 

Collègue 2

Ouais... On pourrait se plaindre au prud’homme ?

 

Collègue 1

Ils s'en foutent de ça ! Et puis pour leur dire quoi? Mon patron est une merde et mes collègues une bande de cons ?

 

Collègue 2

Ah oui... C’est vrai c’est pas évident...

 

Collègue 1

Mais oui !

S’apprêtant de nouveau à manger.

Putain j’ai même pas faim ! Ils me coupent l’appétit ces connards !

 

Collègue 2

Calme-toi, ils n’en valent pas la peine.

 

Collègue 1

C’est vrai... Mais quand même...

 

Collègue 2

Tu sais on devrait plus accepter cette ambiance de merde... On devrait parler au moins...

 

Collègue 1

Parler à qui ? À la médecine du travail ? C'est un coup à avoir des emmerdements...

 

Collègue 2

Ouais... Mais ce boulot... Franchement y a des matins j’ai plus envie.

 

Collègue 1

Je suis comme toi... Mais que veux-tu y faire ? C’est pareil ailleurs non ?

 

Collègue 2

Je sais pas... Et si on en parlait dans les médias ?

 

Collègue 1

Dans les médias ?!

Collègue 2

Oui ! On pourrait appeler Élise Lucet, elle fait peur aux patrons elle !

 

Collègue 1

Mais elle s'en tape de notre cas à nous !

 

Collègue 2

Bon alors Julien Courbet !

 

Collègue 1

Mais lui aussi il s'en tape !

 

Collègue 2

Évelyne Thomas !

 

Collègue 1

Évelyne Thomas... Non mais Évelyne Thomas... Et pourquoi pas Danielle Gilbert tant quand y est ?!

 

Collègue 2

Oh je cherche des idées !

 

Collègue 1

Je t'en prie arrête de chercher...

Court instant de silence.

Non, tout ce qu’on peut faire c’est prendre sur nous.

 

Collègue 2

Sans doute...

 

Court instant de silence.

 

Collègue 1

Tu veux que je te donne une astuce qui aide à avancer ?

 

Collègue 2

Je t’écoute.

 

Collègue 1

Ça reste entre nous ?

 

Collègue 2

Bien sûr !

 

Collègue 1

Bon... Tu vois parfois Fabien me demande de lui ramener un café... Bah je crache dedans avant de lui apporter.

 

Collègue 2

Non ?!

 

Collègue 1

Si !

 

Collègue 2

J’aurais jamais osé !

 

Collègue 1

Moi j’ai sauté le pas un jour où il m’a gonflé(e) ! Crois-moi ça soulage !

 

Collègue 2

J’essaierai !

 

Collègue 1

T’as raison ! Mais on est d’accord ça reste entre nous ?

 

Collègue 2

Bien sûr !

 

Collègue 1

Cet hiver quand il demandera une soupe j’ai bien envie de pisser dedans !

 

Collègue 2

Là pour le coup il risque de le sentir...

 

Collègue 1

C’est pas dit... Cette soupe c’est déjà de la pisse.

 

Collègue 2

C’est pas faux... Venant d’une machine à café qui fait un jus de chaussette faut pas s’attendre à des miracles en même temps...

Collègue 1

Ah c’est sûr on est loin de la soupe de grand-mère... Tout est merdique dans cette boite à cons.

 

Collègue 2

Et puis une machine à café qui fait de la soupe... C'est absurde non ?

 

Collègue 1

C'est comme quand ils ont placardisé Nadine en lui faisant faire un boulot qui finissait à la poubelle... Ça aussi c'était absurde...

 

Collègue 2

Ouais la pauvre... On aurait dû intervenir.

 

Collègue 1

Pour finir comme elle ? T'as vu tous les cachetons qu'elle s'enquille comme des Haribo depuis cette histoire ?

 

Collègue 2

Ouais... Et sinon t'as déjà pensé à autre chose que de cracher dans le café de Fabien ?

 

Collègue 1

Pourquoi ? Tu cherches l'inspiration ?

 

Collègue 2

Peut-être...

 

Collègue 1

Parce que si c'est ça je peux t'aider.

 

Collègue 2

Ah ? Vas y je t'écoute...

 

Collègue 1

Rayer sa caisse, crever un de ces pneus, lui foutre du sucre dans le réservoir, une banane dans le pot d’échappement...

 

Collègue 2

Ah oui quand même... Ça va un peu loin non ?

 

Collègue 1

On s’en fout il vient en vélo de toute façon...

 

Collègue 2

Oui...

 

Collègue 1

Et toi alors t’as jamais pensé à un truc comme ça ?

 

Collègue 2

Non...

 

Collègue 1

Vraiment ?

 

Collègue 2

Bon peut-être une fois ou deux...

 

Collègue 1

Vas y raconte !

 

Collègue 2

Ça m’est peut-être arrivé de l’imaginer se casser la gueule dans l'escalier quand il monte dans son bureau...

 

Collègue 1

Ah c’est bon ça !

 

Collègue 2

C’est grave quand même...

 

Collègue 1

Quoi donc ?

Collègue 2

Qu’on en arrive là...

 

Collègue 1

C’est tout ce qu’il nous reste...

 

Collègue 2

Peut-être ouais...

 

Ils (elles) mangent silencieusement un instant.

 

Collègue 1

Regardant sa montre.

Et merde !

 

Collègue 2

Quoi ?

 

Collègue 1

Le temps passe si vite quand c'est la pause...

 

Collègue 2

Oui...

 

Collègue 1

Si on pouvait se barrer plutôt que d'y retourner...

 

Collègue 2

Pour aller où ?

 

Collègue 1

J'en sais rien mais loin !Tiens si tu pouvais partir t'irais où toi ?

 

Collègue 2

À la plage !

 

Collègue 1

Je suis pas sûr que ça nous aide à être dépaysé(e)s du boulot...

 

Collègue 2

Ah ?! Pourquoi ça ?

 

Collègue 1

Et bien si c'est marrée basse, les odeurs ça va nous rappeler Jean-Paul de la compta. Et dans le genre grains de sable qui s'incrustent partout on a déjà les autres collègues...

 

Collègue 2

Ah ouais t'as une vision des choses toi... Vraiment ce boulot nous fait du mal...

 

Collègue 1

Oui, peut-être...

 

Collègue 2

Bon et toi t'irais où si tu pouvais partir ?

 

Collègue 1

Je t'avoue que je sais pas... J'ai l'impression qu'il n'y a plus que ce foutu boulot dans ma vie...

 

Collègue 2

Ah ouais quand même... Tu veux pas demander un cachet à Nadine en rentrant ? Ça ne te ferait pas de mal.

 

Collègue 1

Oh non ! Je m'endors déjà assez en journée ! Ça c'est parce que je dors plus la nuit ou alors parfois devant la télé.

 

Collègue 2

C'est bien ce qui me semblait ! Tu dors en réunion !

 

Collègue 1

Comment faire autrement ? C'est vrai, à quoi ça sert ces réunions ?! Des réunions pour te parler de ce que tu as fait la veille, pour te confirmer que tu l'a fait, alors que tu sais toi-même que tu l'as fait puisque c'est toi qui l'a fait, excuse-moi mais c'est ni fait ni à faire !

 

Collègue 2

Oui... C'est vrai que vu comme ça, en effet, c'est complètement con.

 

Collègue 1

Ah ! On est d'accord !

 

Collègue 2

On est d'accord !

 

Collègue 1

Et si on se barrait vraiment ?

 

Collègue 2

T'es sérieux(se) ?

 

Collègue 1

Ouais ! On se casse ! On s'en fout ! On part sans savoir où on va ! Comme Thelma et Louise !

 

Collègue 2

Euh t'as vu la fin du film ?

 

Collègue 1

Non, c'est passé trop tard à la télé et je me suis endormi(e).

 

Collègue 2

Ouais c'est bien ce qui me semblait...

 

Collègue 1

Et alors ?

 

Collègue 2

Rien c'est juste que je ne veux pas faire comme Nadine la dernière fois...

 

Collègue 1

Qu'est-ce qu'elle a encore fait ?

 

Collègue 2

Ça fait trois fois qu'elle saute par la fenêtre de son bureau !

 

Collègue 1

Mais il est au rez-de-chaussée son bureau.

 

Collègue 2

Oui mais bon tu sais c'est Nadine... Ils nous l'ont complètement lobotomisée.

 

Collègue 1

T'as raison ça serait bête de finir pareil...

 

Collègue 2

Va vraiment falloir qu'on y aille là... Mais j'ai pas envie.

 

Collègue 1

Moi non plus...

 

Collègue 2

Qu'est-ce qu'on fait alors ?

 

Collègue 1

Tu te souviens quand plus jeune on séchait les cours qu'on n'aimait pas?

 

Collègue 2

Ça me paraît loin mais oui.

 

Collègue 1

On oubliait tout et on se foutait des conséquences... Et si on faisait ça ? Si on allait s'allonger dans l'herbe au soleil la bas. On s'endort doucement en écoutant le bruit du vent.

 

Collègue 2

D'accord mais qu'est-ce qu'ils vont penser au boulot ?!

 

Collègue 1

Qu'on a été frappé(e)s par une flemmingite aiguë. Mais on s'en fout ! Parce que nous, on sait qu'on aura gagné un peu d’espérance de vie.

 

Les deux collègues s'en vont.